Publicis Consultants| France, Paris Follow Update

  • 5 rue Feydeau Cedex
  • Paris 75002
  • France
  • Phone: (+33) (0)1 44 82 45 00

« À moto, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas »

May 23, 2012


Le nouveau film de la Sécurité routière bouscule les idées reçues
pour faire baisser la mortalité des motards
(772 morts en 2011, +10%)


À moto, ce n’est pas ce que vous croyez : la majorité des accidents mortels a lieu, non pas en ville par temps de pluie, mais en rase campagne, sur route sèche, par beau temps.

À partir du jeudi 24 mai et jusqu’au dimanche 11 novembre 2012, le film « À moto, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas » sera diffusé à la télévision et sur Internet pour expliquer et rétablir la réalité de l’accidentalité des motocyclistes :


À moto, 2 accidents mortels sur 3 ont lieu en rase campagne,
dans 7 cas sur 10 en plein jour,
dans 8 cas sur 10 par beau temps.


Sur ses gardes en ville…

L’action de ce film se déroule en agglomération, puis à la campagne. Dans les rues d’un centre-ville, la caméra accompagne un motard et montre les dangers qui peuvent surgir à chaque instant : la portière d’une voiture en stationnement qui s’ouvre brusquement devant sa roue, l’obligeant à un évitement dangereux pour contourner l’obstacle ; le piéton qui traverse sans regarder, casque aux oreilles, ou le refus de priorité, le contraignant à un freinage d’urgence ; la voiture qui serre à gauche sans clignotant, le forçant à une délicate manœuvre d’esquive. Une anticipation et une attention extrêmes permettent au motard de déjouer tous ces pièges mais…


…trop confiant à la campagne.

À la campagne, une fois dégagé du trafic, de jour, sur une belle route sèche, le motard a tendance à changer de comportement. La caméra montre le motard que l’on a suivi en ville roulant cette fois sur une petite route au milieu des champs. Soudain, le voilà qui abaisse sa visière et met les gaz dans un rugissement. La machine accélère, disparaît derrière un bosquet, tandis que retentit le fracas de l’accident.
En confrontant la responsabilité des autres usagers de la route et celle des motards eux-mêmes dans les accidents mortels de la circulation, le film transpose la réalité des chiffres.

Le dispositif de la campagne

Un film « À moto, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas. »

Le film sera diffusé du jeudi 24 mai au dimanche 11 novembre 2012 à la télévision et sur Internet (TF1, Eurosport, France 2 /France 3, M6, Canal+, Sport+, Canal+ Sport, Infosport, Equipe TV, Motors TV, NT1, Ab Moteurs, Mens’Up TV), notamment lors des retransmissions des Grands Prix moto, et sur la chaîne Sécurité routière de Youtube.

Le « making off » du film sera disponible également en ligne, avec notamment l’interview du réalisateur Tom Kan, et des cascadeurs du film, Michel Julienne et Christophe Roblin, tous motards émérites.

Une annonce dans la presse spécialisée « Arsouiller »

Le verbe « arsouiller », qui signifie en langage motard « mettre les gaz », notamment en face d’une belle route dégagée, est associé à un message de sécurité routière. Cette affiche sera diffusée de mai à juillet 2012 dans différents titres de la presse spécialisée.

• Une longue vue pour visionner le film à la Bastille

Dans ce lieu traditionnel de rassemblement des motards, la Sécurité routière propose, à partir du mercredi 23 mai à partir de 12h30,de visionner le film diffusé à la télévision. Un chemin de panneaux d’affichage, rappelant les dangers qui guettent le motocycliste en ville, aboutit à une longue vue. En y jetant un œil, chacun pourra découvrir qu’« À moto, le plus grand danger, c’est de penser qu’il n’y en a pas ».

Cette animation se déplacera en France sur les grands rassemblements sportifs motards.