Contact Information

10 rue Petit
Paris 75019
France
Phone: (+33) (0)1 53 21 21 00
Email:

Julie Parod

Julie Parod

Directrice Associée / Directrice du Développement

Phone: (+33) 153212273

Stefan Izoret

Stefan Izoret

RP

Phone: (+33) 0153212177


Basic Info

Core Competencies: Full Service, Social Media, Branded Content/Entertainment, Publishing/Print/Custom Publishing, Strategy and Planning

Founded in: 2015

Employees: 90

Awards: 438

Creative Work: 19

Clients: 7

Core Competencies: Full Service, Social Media, Branded Content/Entertainment, Publishing/Print/Custom Publishing, Strategy and Planning

Founded in: 2015

Employees: 90

Awards: 438

Creative Work: 19

Clients: 7

ici Barbès

10 rue Petit
Paris 75019
France
Phone: (+33) (0)1 53 21 21 00
Email:
Julie Parod

Julie Parod

Directrice Associée / Directrice du Développement

Phone: (+33) 153212273

Stefan Izoret

Stefan Izoret

RP

Phone: (+33) 0153212177

Surfrider Foundation Europe et ici Barbès en campagne contre les Bad Cosmetics

L’association Surfrider Foundation Europe et ici Barbès lancent, ce 14 février, une campagne de sensibilisation nationale et européenne pour alerter sur l’impact de l’utilisation des microplastiques et rappeler l’urgence de la préservation des fonds marins.

Chaque année, plus de 8 millions de tonnes de déchets plastiques sont rejetés dans l’océan et polluent sa surface et les fonds marins. Cette pollution est causée entre autres par les microplastiques contenus dans les produits cosmétiques et qui ne se dégradent pas. En abîmant la faune et la flore marine, leur impact environnemental est catastrophique pour tout l’écosystème marin.

« Bad Cosmetics », la nouvelle campagne conçue par l’agence ici Barbès, est symboliquement lancée le 14 février, jour de la Saint-Valentin, un moment qui est synonyme d'un pic de consommation pour les cosmétiques. Son but ? Dénoncer l’utilisation continue par les industriels des microplastiques dans leurs produits.

La campagne clone les codes des campagnes de publicité pour les cosmétiques. Les prises de vue ont été réalisées en studio par un photographe qui shoote ordinairement pour des grandes marques de luxe. Au premier regard, nous sommes face à une énième campagne pour une crème de beauté mais, bien vite, l’effet double action du produit se révèle : la destruction du milieu marin. « Bad Cosmetics » sera déployée sur les médias sociaux et en presse, en particulier dans tous les magazines de surf européens.

« Avec cette campagne, nous souhaitons informer le consommateur sur la présence de plastique dans des produits du quotidien, mais également faire réagir les politiques et les législateurs afin de les inciter à aller plus loin dans l’interdiction d’ajout intentionnel d’ingrédients microplastiques. ici Barbès nous a permis de transmettre notre message avec des créations efficaces et justes », précise Rémi Sico, de Surfrider Foundation.