Agence Digitale : Anne Barillon (Malabar Design)

Pour mieux connaître le métier de Directrice de Création, Anne Barillon nous parle de son parcours, de son métier et de ses sources d'inspiration

1. Bonjour Anne, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je suis directrice de création chez Malabar design. Nous sommes une agence digitale indépendante constituée d’une vingtaine de digital natives. Nous accompagnons des clients de différents secteurs comme Showroomprive, CanalPlay, Auchan direct, Agatha...

Après un Bac Arts Appliqués, je suis rentrée aux Beaux-Arts. Pendant mes 5 années d'études option ART, j'ai réalisé des installations vidéo, super 8 et 16 mm. Je dessinais énormément et pratiquais la photo. J’ai obtenu mon DNSEP avec les félicitations du Jury !
Toutes les disciplines m'intéressaient mais celles liées au web plus particulièrement.
A l'époque tout était à découvrir. J'ai commencé à travailler en tant que graphiste pour le premier magazine d'Art en ligne qui présentait les expositions des musées et galeries à travers le monde.
Ensuite, avec la montée des FAI, j'ai intégré plusieurs studios de webdesign (Libertysurf, Tiscali, Alice et Free) qui m'ont permis de m'exprimer en DA et de me spécialiser en architecture de l'information, ergonomie des interfaces et conception centrée utilisateur.
Après quelques années de freelance, j'ai rejoins l'agence Malabar design avec beaucoup d'enthousiasme pour le poste de DC.

 

2. Quelles sont vos principales missions en tant que directrice artistique en agence digitale ?

Je supervise l'ensemble des projets quelque soit le média, ou le support, on-line ou offline.
Je dois m'adapter à chaque client et aux différents secteurs d'activités.
La charge de travail est planifiée et répartie selon les compétences de chacun et les ressources disponibles.
Je suis chaque projet avec la même attention. Mon objectif est d'optimiser chaque création en trouvant les meilleures solutions possibles.

3. Vous avez également un rôle managérial auprès du studio, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je pilote et encadre une équipe de créatifs pluridisciplinaires.
Je dois faire appel à mes compétences relationnelles pour communiquer de manière optimale avec l'ensemble de mes collaborateurs. Mon rôle est de les faire grandir en les poussant à aller chercher toujours plus loin pour produire un travail de qualité. Pour cela, chacun doit savoir accepter les critiques, reconnaître ses forces et ses faiblesses. Il est primordial d'avoir une bonne cohésion humaine et technique.

4. Comment se compose votre équipe de créatifs ?

Le studio de création est constitué d'une dizaine de personnes dont :
1 DA senior, 3 DA junior, 2 Webdesigners, 2 Motion Webdesigners, 2 Contrats pro
Nous faisons également appel à des freelances en période de surcroît d'activité.

5. Depuis de nombreuses années dans le métier, quelles sont les évolutions que vous avez pu observer tout au long de votre carrière ?

Au début de ma carrière, fin 90, le métier de graphiste était limité par les contraintes techniques (HTML, navigateurs, poids...). Il y avait beaucoup d'autodidactes, la plupart se formaient sur le tas. Le CSS n'existait pas, on travaillait avec des tableaux et la mise en page était très rudimentaire. Chaque pixel devait être rempli pour avoir un minimum de scroll et un maximum de contenu). Aujourd'hui, le Webdesigner doit être polyvalent et avoir de solides connaissances en architecture de l'information, en ergonomie d'interface, en code, en gestion de projet... et avoir une très bonne culture web.

6. Quelles sont pour vous les tendances qui vont marquer 2016 ?

Une expérience client simple et intuitive, avec de l'immersion par l'image, la vidéo, la typographie, le son... (des visuels HD en full screen afin de captiver et générer des émotions).
Du design émotionnel pour créer du lien avec l'utilisateur.
Des micro-UI pour aller plus loin dans le détail et enrichir encore l'expérience utilisateur.
Du minimalisme & du Flatdesign pour répondre aux exigences de légèreté dûes à la mobilité.

7. Malabar design est une agence ayant recours aux méthodes d'UX design, comment travaillez-vous au quotidien sur ces problématiques avec les chefs de projet et planneurs strat ?

Nous définissons ensemble les besoins du client et élaborons un plan d'action en fonction du positionnement, de la cible, des produits ou des services proposés. Nous faisons une analyse très précise de la concurrence et des tendances liées au secteur. Nous identifions les attentes, les motivations, les comportements des utilisateurs afin de trouver des solutions adaptées à l'ensemble des profils. Les données collectées (tests utilisateurs, exigence en interne, souhait du client...) nous permettent de réaliser des maquettes fonctionnelles proches de la réalité et en cohésion avec toute l'équipe projet.

8. Enfin, quelles sont vos sources d'inspirations quotidiennes ?

Elles sont nombreuses et diverses. Je pratique une veille graphique quotidienne.
Je puise mon inspiration sur des sites de références tels que Awwwards, The Fwa, Webbyawards où on peut trouver le meilleur de l'avant-garde.
Je suis les grandes tendances du moment sur des sites de passionnés comme Behance, Art-spire, Siteinspire...
Je lis également la presse spécialisée sur la communication visuelle comme Etapes pour avoir une vue d'ensemble sur l'actualité du design graphique en typographie, affiche, presse, packaging...
Je m'intéresse aussi beaucoup à l'art contemporain, l'art numérique, la musique...
Dernièrement, j'ai beaucoup aimé les expériences immersives de l'expo "Prosopopées" qui nous interroge sur la relation que nous entretenons avec les machines et le numérique. 

 

Pour en savoir plus sur Malabar Design, rendez-vous sur leur profil