La disruption à l’honneur au BtoB Summit

 

1) La disruption est le thème du BtoB Summit cette année. Pourquoi parle-t-on de disruption en BtoB ?

Selon moi, la disruption en BtoB s’opére autour de 3 grandes tendances :

  • L’application de la data dans l’IOT ( Internet of Thing). Grâce aux nouveaux capteurs de données positionnés sur des objets parfois difficiles d’accès, grâce aussi aux nouvelles possibilités de traitement et d’analyse de la data et aux solutions technologiques, les entreprises industrielles peuvent élaborer de nouveaux produits services qui vont ouvrir d’autres champs de business et changer la relation au marché.
     
  • L’avènement du e-commerce. En BtoB, nous sommes au début du phénomène mais de plus en plus d’offreurs de biens d’équipement, de composants industriels ou de pièces détachées choisissent ces nouveaux canaux de distribution. Le e-commerce en BtoB est un phénomène mondial qui se développe très vite, guidé par la Chine et le modèle de Alibaba.

    Il ne sera pas rare demain d’acheter en ligne des systèmes d’équipement portuaire pour aménager un terminal au port du Havre ou de Barcelone ou encore des modules lasers pour fabriquer une nouvelle génération de smartphones…
     
  • Plus de collaboration et un accès plus ouvert. La collaboration est plus efficace dans les chaines de valeur grâce au Cloud. La communication est plus fluide, le partage de Best Practice plus facile. L’utilisation de la 3D par exemple provoque des changements profonds dans les parcours de décision grâce à une approche totalement nouvelles des tests ou des cahiers des charges. Dans de nombreux secteurs, il y a un nombre grandissant d’entreprises qui changent leur stratégie d’innovation pour imaginer le futur avec leurs clients, avec les consommateurs ou les clients de leurs clients. Cela provoque un changement profond qui libère l’énergie créative. Les équipes R&D sont désormais beaucoup plus ouvertes, multidisciplinaires et plus rapides pour développer de nouvelles idées.

2) Quelles sont les premières décisions à prendre ? les premières actions à mener pour opérer cette mutation ?

Selon votre marché et votre position dans ce marché, vous observez deux types de profils :

  • Il y a les entreprises avec une culture du changement qui sont visionnaires et tiennent à rester leaders dans leur catégories. Celles là doivent envisager toutes les options y compris les plus radicales de changement complet de leur business modèle
  • Les autres qui seront moins fortement impactées par les tendances de la disruption, envisagent des évolutions incrémentales. Pour celles ci les changements sont successifs et s’opèrent plus lentement.

    Dans ces deux cas, il faudra bien prendre en compte les risques liés au changement de modèle, notamment pour ne pas assécher le business existant. Tout cela va se faire en fonction des codes de l’époque, ceux de la vitesse, de la mise en réseau et de la globalisation. 

    Il faut oublier les plans quinquennaux et le sentiment d’être en contrôle total. Il faut procéder de façon expérimentale et pragmatique : observer, essayer, tester et ajuster, déployer plus largement, échouer peut être, et puis essayer encore.

3) En quoi Stein IAS répond à cette exigence et ce mouvement disruptif ?

Nous accompagnons nos clients dans des démarches d’innovation, de création de nouvelles propositions de valeurs. Nous développons avec eux des stratégies pour tirer partie de l’IOT, de la data et des nouvelles solutions technologiques. Nous expérimentons aussi de nouveaux canaux de distribution e-commerce en très forte collaboration avec nos clients.

4) Pourquoi faut-il participer au BtoB Summit cette année ?

Parce que le sujet de la disruption est essentiel.

Dans 15 ans, on en prendra la mesure. On se rendra compte que les années 2016, 2017 auront été la période clé de cette mutation.

Il faut absolument venir au BtoB Summit, tout simplement parce que c’est maintenant, ou il sera trop tard.