Josiane lutte contre les violences éducatives verbales, morales ou physiques

L'agence Josiane et la Fondation pour l'Enfance lancent, en TV et sur le web, une campagne de sensibilisation pour lutter contre les violences éducatives ordinaires.

by Maud Largeaud , AdForum

Frapper ou humilier son enfant, crier sur lui, c'est le marquer pour longtemps. C'est sur ce principe que la Fondation pour l'Enfance communique pour changer les mentalités sur les violences éducatives ordinaires.

Baptiste Thiery, cofondateur en charge de la création de Josiane, et Myriam Bendriss, responsable de la communication de la Fondation pour l'enfance répondent à nos questions sur la campagne.

 

 

Quel était le brief originel pour la campagne ?

Notre volonté était de parvenir à sensibiliser et à mobiliser un large public sur la question des violences ordinaires dites éducatives, dans la continuité des deux campagnes déjà menées par la Fondation pour l'Enfance en 2011 et 2013 pour assurer une cohérence de discours et de ton. Rester informatifs, concis et éviter de culpabiliser les parents et plus largement la société française, en utilisant un ton davantage engageant que distant.
Pour rester crédible et délivrer efficacement notre message, il nous semblait nécessaire, après avoir expliqué en 2011 l’origine de la violence éducative, une violence qui perdure et s’apprend au fil des générations, puis en 2013 que tout coup porté sur un enfant a un impact, de faire preuve de neutralité et d’apporter des arguments scientifiques pour étayer notre démonstration.

 

Qu'est-ce qui vous a inspiré dans votre approche ?
La vie : avoir été enfant, avoir bénéficié d'une éducation aimante, être devenu parent...
Des données objectives : les diverses études scientifiques publiées à travers le monde démontrant l'impact et les conséquences des violences éducatives ordinaires sur la santé, le bien-être et le développement des enfants, mais aussi leur réussite scolaire et ce jusqu'à un âge adulte avancé. Notons qu'à ce jour, aucune étude véritable n'a été menée en France sur le sujet. Dans la patrie des droits humains, il est enfin temps de considérer un peu mieux ceux de l'enfant. Aujourd'hui, la violence conjugale ou la violence entre adultes d'une manière générale est sanctionnée et condamnée par la loi française dans le Code pénal. Une personne adulte violentée, que ce soit un homme ou une femme, a la possibilité de porter plainte pour violences graves ou violences légères, selon la nature de l'acte de violence (physique, psychologique, sexuelle ou verbale). Ces infractions sont bien punies par la loi. Ce même Code pénal français condamne les actes de cruauté et sévices graves à l'égard des animaux. Ainsi, pourquoi la violence subie par l'enfant de la part d'un.e adulte est-elle la seule violence encore tolérée à ce jour dans notre société ?

 

Pourquoi deux films ?
Pour deux raisons principales.
D'abord, la nécessité de mettre en lumière deux types de violence éducative ordinaire : une forme de violence physique d'une part, une forme de violence psychologique d'autre part. Il est primordial de pointer la diversité des violences éducatives dites ordinaires, de rappeler ou de faire comprendre et admettre que les mots, les attitudes ou les gestes peuvent faire autant de mal et sont à terme potentiellement aussi néfastes pour un enfant que les coups qu'on peut lui administrer. Et ainsi, permettre à tout parent ou futur parent de se sentir concerné.
L'autre raison est tout aussi pragmatique : il nous paraissait important de camper un garçonnet devenu homme et une fillette devenue femme afin de parler à la fois aux (futurs) papas et (futures) mamans, mais aussi de montrer que garçons comme filles sont victimes de violences tout au long de leur vie.

 

Quel est le plus grand challenge que vous avez du relever dans la réalisation ?
Ne pas verser dans le "tragique" sur un sujet qui relève forcément de l'affect. Ne pas franchir la limite de la maltraitance. La puissance du message porté par cette campagne réside dans le choix d'images fortes qui mettent en scène des enfants en souffrance face aux adultes pour pousser les spectateurs à remettre en question les idées reçues sur l'éducation et sur les violences. Enfin, un point ô combien important : il était impératif de ne pas brouiller la perception du message par le public. Aussi avons-nous dû veiller à montrer des séquences relevant de violence éducative et non de maltraitance. La limite entre les deux était tenue, nous nous sommes efforcés de ne pas la franchir.
L'objectif était double : dénoncer et faire prendre conscience. Dénoncer un état de fait sans pour autant choquer ou culpabiliser les parents actuels ou à venir ; leur faire prendre conscience des effets et conséquences à court, moyen et long terme des violences éducatives sur l'enfant à tout âge. C'est pourquoi nous avons opté pour une approche factuelle s'appuyant sur des études scientifiques aux résultats avérés : violenter son enfant, c'est le marquer pour longtemps.

 

Quelles sont les prochaines étapes ?
Relayer le plus largement ces messages pour assurer une véritable prise de conscience, pas seulement des parents, mais de toutes les personnes qui accompagnent l'enfant au quotidien pour l'aider à devenir un adulte plus heureux et plus épanoui. La Fondation pour l'Enfance va continuer son effort de plaidoyer et soutient ainsi le projet de loi pour interdire toute forme de violence à l'égard des enfants en France. Cette loi est une interdiction symbolique et éthique. La règle doit être intégrée dans le Code civil et ne devrait s’accompagner d’aucune sanction. Le but n’est effectivement ni de pénaliser les parents, ni de les culpabiliser. L'objectif étant de pouvoir informer le public des conséquences pour l’enfant et des alternatives éducatives possibles. Les adultes, parents comme accompagnants, seront orientés vers des conseillers et autres programmes d’aide à la parentalité, de formation et de soutien.

 

Les films seront diffusés en télé à partir du 23 janvier et un site web viendra renforcer la communication.

Want to make your company shine?
» Switch to a Starter Profile
Join
The Creative Industry Network

List your company among the leaders of the industry, promote your competencies, showcase your work & join an exclusive global marketing and creative industry network.

Submit Your Company