Des enfants qui codent, des chercheurs de vérité et des machines qui parlent.

Les gagnants des catégories digitales des EPICA Awards le mois dernier apportent une vision très utile sur les thèmes tendances.

by Mark Tungate , MAYDREAM

La publicité a toujours été un miroir de la société et donc, afin d’avoir un instantané des sujets actuels, il est souvent utile de regarder les types de projets qui gagnent des prix. Après tout, les jurys des awards tendent à choisir des créations qui ne sont pas seulement bien réalisées et innovantes, mais aussi d’actualité.

C’est particulièrement le cas pour les EPICA Awards, le mois dernier : il s’agit d’un prix jugé par des journalistes.

Sans surprise, l’une des premières tendances à émerger lorsque l’on regarde le palmarès est l’inquiétude face aux “fake news”. Deux différentes applis et campagnes ont émergé afin d’aider les utilisateurs à différencier le vrai du faux. La première, d’Espagne, a été créée par The Cyranos/McCann et s’appelle “Yournalist”. Elle s’appuie sur Watson d’IBM qui donne aux utilisateurs une vue globale sur ce qui est dit sur un sujet, par chaque tendance politique, pour leur permettre d’avoir une opinion complète.

 

La seconde approche est plus “humaine”. Créée par J. Walter Thompson Paris pour le journal Libération, elle offre aux utilisateurs un accès à de vrais journalistes qui peuvent vérifier les faits d’une histoire « live » et revenir vers eux, quelques heures plus tard, avec un rapport digne de confiance. L’étude de cas décrit cela, avec beaucoup d’humour d’ailleurs, comme le moteur de recherche le plus lent de la Terre.

Une autre tendance qui est devenue de plus en plus marquée, c’est la frontière entre les mondes numériques et réels qui disparaît. Par exemple, « Run to Scroll » de Friends Moscou a encouragé les utilisateurs à courir tout en gardant leur portable à la main. Alors qu’ils affrontaient les pavés du monde réel, une route virtuelle se déroulait sur leur téléphone, leur permettant de trouver des récompenses cachées.

 

De manière similaire, la volonté de combattre la sédentarité liée aux jeux vidéo a mené à la création de 2K Boost, par CP+B aux Etats-Unis. Tout simplement, se lever du canapé et s'activer dans le monde réel booste les capacités de votre personnage dans le jeu.

 

En fait, détacher les enfants des écrans aura peut-être été une mini-tendance, comme aussi montré par ce spot surprenant des Gaulois, #LetThemFall.

 

Toutefois, tout le monde ne cherche pas à pousser les enfants vers les terrains de jeux. Ceux qui savent comment coder auront, à l’avenir, un réel avantage, ce que Dentsu Japon a très bien su utiliser avec ce jeu qui se sert de chocolat comme « appât » dans ces sessions de codages déguisées destinées aux enfants.

 

Et si les enfants codeurs vous semblent être un peu sortis de la science-fiction, qu’allez-vous penser de ces ascenseurs à intelligence artificielle. Qui sait ? Peut-être que lorsque l’on ne sera plus là, les machines se mettront à parler avec d’autres, pour l’éternité.

 

Deux campagnes ont également, utilisé le digital pour rappeler aux utilisateurs combien les choses étaient différentes dans le passé. Que se serait-il passé si, par exemple, Twitter avait existé il y a 100 ans ?

 

Pendant ce temps, l’opérateur mobile slovaque O2 a donné aux millénials qui ne se souviennent pas de ce qu’était le “Rideau de Fer”, une vue sur ce que la vie a été sous l’ère soviétique. Lors de l’anniversaire de la “Révolution de Velours” de 1989, les utilisateurs des portables se sont vus interdire l’accès aux sites étrangers avec une frontière virtuelle qui reprenait celle imposée par le Rideau de Fer.

 

Et peut-être le résultat le plus curieux de l’année, deux constructeurs automobiles ont utilisé la creative technology pour résoudre un problème rencontré par de nombreux jeunes parents, et ce, avec une solution très similaire.

 

 

Allez, à bientôt en 2018. D’ici là, on vous souhaite de beaux rêves.