DESIGN PLUS : Banlieue créative (BETC à Pantin)

Le déménagement d'une agence a rarement généré autant de publicité, mais il faut bien dire que la transformation, par BETC, des Magasins Généraux (un bâtiment couvert de graffitis dans la banlieue parisienne de Pantin) était à la fois audacieuse et visionnaire.

by Mark Tungate , MAYDREAM

Le co-fondateur et directeur de la création Rémi Babinet admet qu'il ne lui a fallu q'un seul regard pour savoir qu'il voulait déplacer son agence ici. "C'est devenu malheureusement bien plus compliqué après ça" dit-il en souriant, huit ans plus tard, maintenant que son rêve est devenu réalité.
La couche de graffiti, comme une peau tatouée sur le bâtiment, n'existe plus, bien qu'elle soit préservée dans un magnifique livre. Que ce soit de l'intérieur ou de l'extérieur, le bâtiment donne une impression de puissance industrielle et d'ère futuriste et digitale. D'imposants piliers en béton, des cours intérieures ou des patios ou s'entrecroisent des passerelles, des tuyaux apparents...tout a l'air en mouvement.


"Regardez" dit l'architecte Frédéric Jung, en montrant les mots MAGASIN EST inscrits sur un mur. "C'est la typo et l'écriture originales des années 1930. Nous avons toujours recherché l'authenticité".


BETC est locataire des lieux : l'agence, Jung et les architectes d'intérieur T&P Work UNit ont travaillé en étroite collaboration avec le promoteur Nexity. "Je pense que nous les avons parfois rendu un peu fous avec nos idées" admet Mercedes Erra, le E de BETC, en citant le jardin sur le toit et l'immense cantine qui ressemble plus à un restaurant tendance.


Peut-être encore plus que le bâtiment en lui-même, c'est l'implication de l'agence envers son nouveau quartier et le voisinage qui est intéressante. Des institutions créatives se sont déjà installées dans des banlieues (nombreuses sont les agences localisées sur le pourtour de Paris - mais elles ouvrent rarement leurs portent au public). La réception de BETC accueille également un café, alors que le rez-de-chaussée va voir s'installer une brasserie et des boutiques.


BETC a adopté l'idée que Pantin pourrait devenir le nouveau "Brooklyn de Paris", l'arrivée des employés de l'agence créant un souffle d'appel. Mais Pantin n'est pas la seule de ce type. Longtemps associées à des barres d'immeubles et à une jeunesse désenchantée, les banlieues de Paris montrent de nouvelles étincelles de vie. C'est, en partie, bien sûr, à cause des prix des logements dans les centres-villes qui deviennent inabordables pour les jeunes travailleurs.
A Clichy par exemple, juste de l'autre côté du périphérique, une tour miroir dessinée par Renzo Piano Building Workshop va accueillir le nouveau Palais de Justice parisien en 2017, amenant ainsi près de 8 000 employés dans le quartier. Clichy est déjà en train d'évoluer avec la création de parcs et l'arrivée de familles bobos.
Les banlieues ont aussi attiré l'attention des clubbers et des fans de musique qui, avec les problématiques de nuisances sonores, les prix d'appel et une population plus ouverte ont, de fait, atténué la vie nocturne de la capitale. Le New York Times citait en référence des soirées et clubs en banlieue comme à Montreuil, Saint-Denis ou Nanterre
(lire l'article)
Pourtant, les banlieues ont toujours engendré de la créativité. Leur positionnement entre ville et campagne peut nourrir des envies et désirs qui mènent à une expression créative. Un célèbre titre rock britannique des années 1980 "Sounds of the Suburbs", par The Members, a donné son nom à un courant musical.
Plus récemment, Brixton, sud de Londres, pas vraiment une banlieue, mais un quartier associé dans le passé à des tensions raciales, a développé l'un des hubs les plus créatifs de la capitale londonienne avec des galeries d'art, des cafés et des boutiques indépendantes, tous situés autour du marché de Brixton Village. On y trouve même une monnaie locale : la livre de Brixton.
En Australie, une organisation appelée " Creative Suburbs " a pour rôle de travailler avec les institutions locales pour améliorer la vie en banlieue avec des projets artistiques ou des espaces de loisirs.


Les villes, partout dans le monde, deviennent de plus en plus densément peuplées et se loger en leur coeur devient de plus en plus cher. Les banlieues ont donc un bel avenir devant elle. BETC, comme il convient à une agence créative, est en avance sur la tendance.

 

traduction Maud Largeaud