L’art pour sa cause

Comment les projets numériques rendent la culture plus accessible.

by Mark Tungate , Adforum

Dans le passé, les musées et les galeries d’art pouvaient être des lieux intimidants, un peu comme des “temples de la culture” qu’il fallait considerer avec sérieux. Cependant, au fur et à mesure des années, l’image a évolué, devenant plus ouverte, avec des vitrines interactives et des cafés qui sont de vrais lieux de vie. Le monde digital a contribué à rapprocher les gens de l’art, de différentes manières, plutôt ingénieuses.

Dans certains cas, cela nous a directement rapproché des artistes. Quand Edvard Munch est décédé, ses peintures et ses pinceaux ont été donnés à un musée à Oslo. Les peintures ont depuis été exposées, mais les pinceaux sont restés cachés dans les réserves…. Jusqu’à ce que Adobe les numérise et permette aux utilisateurs de peindre avec, virtuellement. 

La Tate Britain (ex Tate Galerie) à Londres a démontré ses talents pour communiquer sur l’art auprès de la nouvelle génération. Dans la campagne présentée ci-dessous, vous ne verrez par les oeuvres d’art, mais les histoires derrière chacune. La copie rendue par Grey Londres était saisissante; et les lecteurs ont été captivés.

Et si les peintures pouvaient parler ? Au Brésil, Ogilvy a utilisé IBM Watson pour créer une appli qui permettait aux visiteurs du musée de parler avec les oeuvres d’art. Il ne s’agissait pas seulement d’écouter un audioguide, mais d’échanger avec un génie. 

Mais que faites-vous quand un musée est effectivement inaccessible, parce que fermé ? C’est le défi auquel le Musée d’Art contemporain de Belgrade a été confronté, ayant fermé ses portes depuis plus de 10 ans pour des renovations “sans fin”. Une solution a été proposée grâce à un partenariat avec des marques locales : en utilisant la réalité augmentée, les espaces publicitaires se sont transformés en oeuvres d’art inaccessibles car à l’intérieur du musée. 

De même, à l’approche de l’ouverture du nouveau Louvre d’Abu Dhabi, les oeuvres d’art du musée ont été reproduites sur des affiches le long de la route. En écoutant la bonne station radio, les automobilistes pouvaient alors entendre les histoires derrière les chefs d’oeuvre à côté desquels ils passaient. 

Normalement, vous n’êtes pas autorisés à metre vos mains sur les sculptures dans les musées, même si vous êtes aveugles. La Galerie Nationale de Prague a permis, pour la première fois, aux visiteurs mal-voyants de “toucher” les chefs d’oeuvre, grâce à la réalité virtuelle. Ceux qui ont pu prendre part au projet ont réagi en disant que cela leur avait permis de “voir” la beauté des oeuvres d’art. 

Si les musées et les galleries semblent proposer des offres “nobles”, qu’en est-il des maisons d’enchère ? Combien d’entre nous se sentiraient suffisamment à l’aise pour pénétrer seul dans une voire même d’enchérir pour une pièce ? A Londres, BBH a réussi à apporter une touche d’humanité à Christie’s avec une campagne présentant les gens qui travaillent derrière et leur “passion pour les objets inanimés”. 

Et pour finir, voilà ceci. Attention, c’est un peu surréaliste. 

 

TOPIC: DIGITAL, ART