Un festival de films

Les blockbusters (ou occasionnellement flops) publicitaires de la nuit des Oscars.

by Mark Tungate , Adforum

Pour les cinéphiles, les trois premiers mois de l’année proposent de nombreux événements : les Golden Globes en janvier, le festival du film de Berlin en février, tout comme les BAFTA’s à Londres. En mars, il y a les Césars à Paris, et pour couronner le tout, les Oscars à Hollywood.
D’un point de vue publicitaire, les Oscars ont été décrits comme le « Super Bowl pour les femmes ». Cette phrase semble actuellement plutôt inappropriée, mais il faut tout de même avouer qu’un parfum de glamour flotte autour de l’événement, d’où un coût de diffusion du spot de 30 secondes qui peut atteindre 2.6 millions de dollars.

Donc, quels sont les annonceurs qui ont eu la démarche la plus créative à l’occasion des Oscars ? Tout en haut de la liste, on peut citer le nouveau Academy Museum of Motion Pictures, un temple destiné aux films à Los Angeles. Pour promouvoir le musée, Wieden + Kennedy a réalisé une pub pour… l’hôtel Overlook, l’hôtel du classique effrayant de Stanley Kubrick « Shining » (1980).

Le suivant est le spot de Walmart que le magazine Time a décrit comme « l’un des plus beaux films des Oscars 2018 ». Pour vous remettre dans le contexte, les lecteurs européens doivent savoir que les boîtes d’expédition bleues de Walmart sont quelque chose d’iconique aux Etats-Unis. Ce spot de science-fiction a été dirigé par Dee Rees et a remporté tous les suffrages. Twitter a explosé sous les compliments.

Et si vous l’avez aimé, Walmart a fait deux autres grands spots pour les Oscars, dirigés respectivement par Nancy Myers et Melissa McCarthy.

Pour parler de Twitter, la plateforme a utilisé les Oscars pour dévoiler sa campagne #HereWeAre, lancée à l’origine, pour soutenir les femmes dans l’industrie technologique. Et de manière ironique, certains téléspectateurs sont passés sur Twitter pour accuser le géant des réseaux sociaux d’hypocrisie. Depuis peu, la plateforme est souvent le forum de remarques sexistes non-censurées ; ils lui ont demandé de mettre en place des standards plus rigoureux sur les commentaires dits « acceptables ». Au delà de cette polémique, la force du poème de Denice Frohman est indéniable.

Comme vous l’avez probablement noté, le rôle des femmes à Hollywood et le mouvement #MeToo ont dominé les Oscars. Nike et Wieden + Kennedy ont encore intensifié cette tendance avec un spot mettant en scène la fantastique Serena Williams, “Until We All Win”.

Her Oscar, “une initiative pour sensibiliser sur les discriminations sexuelles dans l’industrie publicitaire” a été certes beaucoup moins créative mais au combien significative. Le film a montré que seulement 24% des acteurs principaux, 20% des producteurs, 13% des scénaristes, 4% des réalisateurs, et seulement 1% des compositeurs étaient des femmes à Hollywood.

L’un des grands plaisirs apporté par le numérique pour les fans de cinéma est la bande-annonce, tout un art promotionnel à lui tout seul. Votre journaliste préféré admet qu’il s’assied facilement, avec une tasse de thé et un biscuit pour en prendre sa dose avec les sites iTunes Trailers, ComingSoon.net ou encoreTrailerAddict.com.

Avec un auditoire attentif de fans de films, la nuit des Oscars est un moment idéal pour lancer le prochain blockbuster. Il semble tout à fait approprié que cette scène ait été volée à l’une de nos héroïnes de cinéma préféréé : Mary Poppins (oui, elle est de retour)